jeudi 31 juillet 2008

Le kit de survie du Grimanoir en milieux hostiles

Ce n'est plus un secret maintenant, pour survivre actuellement dans le milieux otaku made in Francophonie, il est nécessaire (En plus d’un bac littéraire, d’une fiche de paie signée Télérama et d’une intégration à l’académie française) d’aller dans les endroits hypes, branchés, là où vous serez certains de tomber sur la plus fine fleur (Pur humour) en matière d’analystes de tout ce qui touche à la japanime… et à tout le reste en vérité…
Je vais donc vous fournir ici-même une liste de liens nécessaires à la sauvegarde de votre dignité, qui vous évitera très certainement de ne pas passer pour un tocard si quelqu'un venait à vous adresser la parole sur le oueb (Parfaitement hypothétique), et pour vous apporter la preuve que si je commence à partir dans des divagations dans mes propres articles, il y aura toujours pire ailleurs.

On commence par le commencement… et par l’Editotaku.
Là-bas, oubliez im-mé-diate-ment tout ce que vous croyez savoir sur la japanime, c’est un milieu infesté de prédateurs plus teigneux qu’une armée de requins blancs, qui sont tous près à vous bouffer à la moindre seconde d’inattention, vous voilà prévenue !
Sinon, il y a aussi de nombreux articles forts intéressants… mais dit comme ça, c’est tout de suite moins spectaculaire…

Maido-Rando doit être quelque chose comme l’opposé du premier. Là-bas, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, avec des maids, plein de maids qui vous ouvrent les portes du domaine, vous débarrasse de votre manteau et ne vous tiennent pas rigueur de votre condition d’otaku… le paradis, quoi… je devrais peut-être songer à un service d'accueil pour le Grimanoir...

Danbooru : vous cherchez une image, un scan, un fanart d’un anime ou d’un manga ? Ben voilà, go Danboruu ! Attention par contre, certaines images ne sont pas très adaptées à… à… enfin… les abeilles, les fleurs, le jardin, tout ça…

Haruhi Fr : c’est ici que se retrouve tous les fanatiques de la déesse, avec des gens très sympa… et d’autres très sympas aussi, à leur manière… enfin bon, une belle bande de dérangés du bulbe près à exécuter des Hare Hare Yukai partout, vraiment partout...

Et tout de suite le liens pour trouver les meilleurs scans Naruto et… à non, merde…. Oubliez ce que je viens de dire, à bas les narotolol ! (Oui, bientôt vous apprendrez à détester Naruto… mouuuhéhéhhé…)

Bien entendu, voici Blog-chan, l’aggrégateur suprême qui vous ouvrira les porte de tout un réseau de blogs très intéressants (Et je dis ça sans exagérer, c’est dire quand même.) dédiés à notre passion commune.

Et ici, le Grimanoir, un coin sympathique avec un auteur dynamique, des news, des articles et… oups…

Cette petite liste est loin d’être exhaustive, mais comme je n’aurais jamais le temps ou la place de donner toutes les adresses intéressantes du oueb en matière de japanime dans un seul message, je vous laisse en découvrir plus par vous-même… m’enfin, prévoyez les sandwich, les boissons fraîches, les bonbons à la menthe et les sacs à vomie, parce que vous n’en ressortirez sûrement pas indemne…
Lecteur, te voilà prévenu !

dimanche 27 juillet 2008

Une saison 3 pour Black Lagoon.

En sus de la couverture du tome 8 des tumultueuses aventures de Rock fraîchement parut au Japon, un rajout témoigne en toutes lettres (Enfin, en japonais... on se comprend...) de l'arrivée prochaine d'une troisième saison pour Black Lagoon, de quoi ravir les fans de Revy (Ou Levy... au choix).


source : Canned Dogs

vendredi 25 juillet 2008

Higurashi no naku koro ni rei : détails!

Vous ne me croiriez sans doute pas si je vous le disais, mais vous savez à quel point ça peut être exaspérant un écran qui tombe en panne?
Si, si, j'vous jure...

Mais bon, pas le temps de se lamenter sur des broutilles!
Il y a de cela pas bien longtemps, le développeur de logiciel Ryukishi07 de 7th Expansion (Un saint homme)qui a vu naître la saga Higurashi a récemment apporté quelques renseignements sur la suite d'OAV qui doit faire suite aux deux saisons déjà produites.
Ce qu'on sait à ce jour, c'est que ces OAV seront au nombre de cinq et que la première devrait voir le jour le 26 décembre en DVD et un mois plus tard sur Blu-Ray Disc, tout cela au Japon, ça va de soi.
Le premier volume "Hajisarashi", se déroulera à la piscine municipale et sera une histoire dans un style plutôt léger. Les trois suivants, l'arc "Saikoroshi", sera un drame comme on les aime dans la continuité de la résolution des précédentes saisons, et verra le jour entre février et juin de l'année prochaine. Pour finir, en août 2009, "Hirukowashi" le dernier volume serait une "comédie romantique" basée sur un roman lui-même basé sur Higurashi Daybreak, sur PSP... enfin le MionxKeiishi tant attendu ou juste un bon gros n'importe nawak comme les japonais les font si bien?

Niveau équipe, Toshifumi Kawase reprend les rênes, aidé d'un nouveau character designer (Uuuh?) Kazuya Kuroda (Chrono Crusade, Vandread, Spice and Wolf)et Kenji Kawai de retour à la musique (Yeah!)

De bonnes choses, donc, vivement décembre!




Source : Anime News Network

dimanche 20 juillet 2008

Übel Blatt

Genre: Seinen, Dark Fantasy
Auteur: Etorouji Shiono
Support: manga uniquement
Editeurs VO et VF: Square Enix - Ki-oon

Résumé:



La légende raconte que pour lutter contre une terrifiante armée des ténèbres, l’empereur missionna 14 vaillants guerriers à qui il confia 14 lances sacrées. 3 d'entre eux, “les glorieux guerriers sans retour”, périrent au combat. 4 autres, surnommés “les lances de la trahison”, furent exécutés par leurs compagnons pour félonie. Les 7 derniers accomplirent leur mission et furent accueillis en héros à leur retour.
Mais 20 ans plus tard, des rebelles baptisés eux aussi “les lances de la trahison” défient de nouveau l'autorité de l'empire…


Image Hosted by ImageShack.us


Pour tout dire, Übel Blatt partait vraiment mal.
Armé de tous les préjugés accompagnant la sortie d’une nouveauté en matière d’Heroic Fantasy, décoré d’un résumé à l’intérêt très relatif et pourvu de son bishonen de héros prépubère, c’est avec un certain dédain que je m’étais emparé du tome 1 pour y jeter un simple petit œil à la limite du vitreux, persuadé de tomber sur une énième bêtise qui ne tiendrait pas la route plus de dix pages, bourré de scènes douteuses (Puisque nous parlons bien d’un seinen avec tout ce que ça implique…) et de kilolitres de sang versés à la va-vite…
Pour les scènes chaudes et l’hémoglobine, j’ai eu mon compte… mais pour le reste, c’était sans compter sur Square Enix et Etorouji Shiono…

Image Hosted by ImageShack.us


Ce qui commence par une bête et récurrente histoire de vengeance mené par un vagabond haut comme trois pomme avec un regard sournois dégénère en conflit quasi-mondial pour la survie de l’ordre en place, jusque là, rien de bien exceptionnel si ce n’est la manière habile dont tout ce micmac est traité.

Tout d’abord, la véritable claque survient avec le héros bishonen susnommé et répondant au doux nom de Koïnzell (A mes souhaits) qui, en plus de porter sur son petit dos maigrichon un passé plutôt chargé que le lecteur n’aura pas beaucoup de mal à deviner avant tout le monde, révèlera au cours de l’histoire une autre facette que celle du jeune aventurier aux prises avec toutes les chaudasses de la région… celle d’un warrior (Et là on part sur les termes JDR) au charisme démesuré qui ne nous donne qu’une envie : celle de le voir dézinguer, découper et dessouder tous les pauvres abrutis qui n’ont pas encore compris qu’ils allaient quoi qu’ils fassent tous crever de sa petite main surarmée de pouvoirs magiques dévastateurs.

C’est peut-être l’un des principaux points faibles d’Übel Blatt, car autant Koïnzell est l'un des plus grand roxxor de Dark Fantasy qu’on ait vu ces dernières années, autant certains personnages secondaires paraissent parfois d’une fadeur de petit pois devant lui… l’auteur ne s’y trompant pas, car pour donner un surplus de classe à un personnage, il a dernièrement trouvé une astuce très simple… le faire ressembler à Koïnzell.

Image Hosted by ImageShack.us


Pour ce qui est des scènes chaudes inhérentes à ce genre d’œuvres, elles sont assez courantes dans les premiers tomes pour diminuer progressivement, avec de l’aveu de l’auteur : une suppression définitive à la clé… du coup, je ne sais pas si je dois être déçu ou rassuré…

Le dessin est bon, très bon même, les combats sont pour la plupart lisibles, et c’est tant mieux au vue de leur nombre, pour le reste, Ki-oon a encore une fois fait un superbe travail d’édition.

Malgré la fadeur dont je parlais plus haut au sujet des personnages secondaires, ce sont bien eux qui apportent une grande partie du piment au scénario. En effet, tandis que Koïnzell se démène pour accomplir sa vengeance, nombre de ses ennemis s’aperçoivent de toute la noblesse de sa tâche, qui va peu à peu au-delà du simple statut de vendetta personnelle. Les doutes s’accumulent, faut-il choisir la justice ou la loyauté ? Les retournements de veste sont nombreux, et ceux qui ne se sont pas encore produits ne devraient plus tarder, au final le nombre des alliés de Koïnzell ne cesse de s’accentuer, le rapprochant toujours plus de son but.

Si ce n’est pas LE manga de ces dernières années, Übel Blatt est sans nul doute une très bonne surprise, étoffé d’un surplus d’information historiques sur le contexte du récit à la fin des tomes, prenant, émouvant par moments, l’attente avant le prochain volume en devient particulièrement énervante… mais c’est bien le prix à payer pour profiter cet excellent manga (Si on exclut les 7€50 de rigueur, of course…)

Image Hosted by ImageShack.us

samedi 19 juillet 2008

Dragon Gurren Ball Lagann

On commence en fanfare par la toute première affiche du film live de Dragon Ball (Si, si, un film live...) qui, je le rappelle, est produit par la Twentieth Century Fox (Quand même), réalisé par James Wong (Destination finale, la série X-Files, ...), adapté du célèbrissime manga d'Akira Toriyama avec dans le rôle titre un certain acteur canadien appelé Justin Chatwin (Jouant dans Lost, parait-il...).
Quand on voit ça, on comprend que c'est du sérieux, que ce n'est pas n'importe qui en charge de l'affaire et qu'on a toutes les raisons de penser que ça ne présage que du bon...

Alors pourquoi est-ce que j'éprouve une irrépressible envie de me marrer?


Non, ce n'est pas du fake.
Oui, c'est très officiel.
Non, ne vous retenez pas de rire.
Oui, je sens que j'ai pas finis de me poiler avec cette affaire...


-------------------------------------------


Au-delà de ça, on annonce un trailer pour la sortie prochaine des deux films remake de Gurren Lagann sur le site officiel.
Rappelons que le premier film sortira au Japon le 6 Septembre



Source : anime news network

jeudi 17 juillet 2008

Evangelion (L'original) Tome 11

Petite news pour rappeler la sortie du tome 11 d'Evangelion en Octobre dans toutes les bonnes crèmeries (En espérant que Sadamoto en finisse rapidement avec les films pour se remettre au turbin, et plus vite que ça!)

En attendant, voici la couverture japonaise:

mardi 15 juillet 2008

Un FF sur XBox... Sacrilège!!!

En cet E3 2008, l'ex-plus grand salon dédié aux jeux vidéo, les infos pleuvent comme des... comme rien du tout en fait, ça pleut, point barre.

Ce que l'on retiendra de précis en ce début de salon c'est bien évidemment l'annonce que Final Fantasy XIII sortirais à la fois sur Ps3 et sur XBox! Un coup dur pour le monolithe noir qui doit faire face à la perte de l'exclusivité sur, il faut bien le dire, l'un des seuls jeux susceptibles d'incarner un réel argument pour l'achat de cette console... pas mal de cheveux doivent s'arracher en ce moment chez Sony.
En plus de cette annonce, on a tout de même eu droit à un beau trailer avec moitié d'images inédites, on aura pas tout perdu...

Edit : C'est officiel, FFXIII sera finalement une exclusivité PS3... au Japon seulement. Et oui, le jeu sortira sur PS3 et XBox 360 aux Etats-Unis et en Europe, un peu plus tard... si si, j'vous jure.
Moi non plus j'y comprend rien...
A noté que FF Versus XIII restera une exclusivité de Sony (Au Japon ET ailleurs)





source : jeuxvideo.com

lundi 14 juillet 2008

Vivement l'automne!

Je sais, avec un titre pareil, on pourrait me prendre pour un tordu impatient de reprendre les cours et de constater une nouvelle fois l'inutilité du monde extérieur et du réel dans sa globalité... alors qu'en fait, c'est justement tout l'inverse!
Voici la liste (A peu près exacte, parait-il) des animes qui nous attendent en automne, et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça sent bon! (Ou en tout cas, nettement meilleur que cet été...)



C'est certes un peu tôt pour parler de ça mais il faut bien s'occuper... c'est pas comme si les diffusions actuelles étaient transcendantes...

jeudi 10 juillet 2008

Higurashi no naku koro ni

De ma courte vie d'otaku, j'ai pourtant eu l'occasion de visionner de nombreuses œuvres, dont je dois bien le dire, très peu m'ont profondément marquées. Parmi ces raretés, il y eu Evangelion, sa fin à la fois merdique et ahurissante de génie (C'est comme ça qu'on évite les polémiques...) ainsi bien sûr que Rei et la découverte de la notion de quiet girl... puis Haruhi, Death Note et Love Hina en manga, en passant par des séries plus humbles comme Ef et Futakoi Alternative... je vous parle de séries au scénario accrocheur, aux personnages que vous vous prenez à adorer et à suivre dans chacun de leurs déboirs, je vous parle du genre de série qui vous fait enchaîner les 26 épisodes/tomes sans prendre la peine de vous nourrir, qui relègue le sommeil et les besoins naturels au rang de contretemps inutiles et qui vous conforte dans votre position d'otaku qui envoie chier le monde réel et ses désagréments.
Et puis, par une nuit sans lune, dans la pénombre de ma chambre, tandis que je venais d'achever quelques jours plus tôt les douze volumes des joyeuses aventures de l'ami Raito et son cahier d'exercice...
... cette nuit là, il y eu Higurashi.

Pour ne rien vous cacher, j'avais déjà entendu parlé de cet anime jusqu'à en avoir lu de nombreuses fois le résumé... qui présentait quelques singularités curieuses mais sans plus... reportant plusieurs fois le visionnage de cette série traitant plus ou moins de meurtres et et de mystères. Jusqu'au jour (Enfin, la nuit donc...) où, en me baladant comme d'habitude sur un forum quelconque, je suis tombé sur une bannière arborant une image pour le moins troublante...


Le commencement d'un mythe...



Genre : Mystère, Drame, Horreur
Support : TV
Nombre d'épisodes : 26
Date de première diffusion : 05-04-2006
Auteur : 07th Expansion (créateurs du jeu dont est tiré l'anime)
Studio : Studio DEEN
Génériques :
Site officiel : http://www.oyashirosama.com/web/



Scénario :

Keiichi Maehara est un jeune adolescent qui, avec sa famille, s'est
installé dans le petit village de Hinamizawa, qui a failli être détruit
par la construction d'un barrage qui a finalement été annulée après
manifestation des habitants.



Keiichi s'habitue bien à sa nouvelle vie, se fait des amies, Rena
Ryuuguu, Mion Sonozaki, Satoko Houjou et Rika Furude,et passe son temps
à jouer à des jeux de société avec elles à l'école durant l'été.
Cependant, il découvre rapidement l'existence d'un meurtre associé à ce

village : un des constructeurs du barrage a été battu à mort à coup de
hache par les villageois. En plus de cela, une hache a été utilisée
pour découper le corps en six. L'un des coupables est encore en
liberté. Quand il aborde le sujet, ses amies affirment pourtant que
rien ne s'est passé et qu'elles ne savent rien du tout.



Arrive le temps du Wataganashi Festival, où Keiichi apprend alors la
vérité du village : chaque année, le jour du festival, une personne
meurt, et une autre disparaît sans que l'on puisse jamais la retrouver.
Les villageois pensent que cela est dû à la malédiction d'Oyas
hiro,
c'est-à-dire la punition des gardiens d'Hinamizawa pour avoir essayé de
noyer la ville. Cela s'est répété pendant 4 ans, et le 5ème évènement
est prêt à se reproduire.

Définitivement une série à part, l'anime est en fait l'adaptation d'une série de jeux du même nom, desquel il tire également son découpage et sa narration un peu spéciale. Il serait dangereux d'en dire plus sans gâcher la surprise, mais la série est séparée en chapitres, au nombre de 6, suivant tous un schéma relativement similaire en terme de scénario et de progression.

Le scénario justement... je ne le répèterais jamais assez, mais il s'agit sans doute de l'histoire qui m'aura le plus tenu en haleine d'un bout à l'autre du récit, nous permettant de suivre les pérégrinations d'un groupe d'amis paumé au milieux d'un village regorgeant de mystère, de ruelles peu fréquentables et de bentô piégés. Ce qui commence dans le premier épisode comme un éternel harem tout kawaï et presque drôle entre personnages gentillets au design certes discutable mais néanmoins sympathique se dégrade peu à peu, inéluctablement, au fil des découvertes, des soupçons, des meurtres et d'une paranoïa grandissante. Le spectateur se retrouve au même titre que le héros au milieux d'un monde où il ne peut faire confiance à personne, même pas à ses plus proches amies qui deviennent réellement terrifiantes entre trois des célèbres grimaces qui ont été la marque de fabrique de la première saison et deux tentatives de meurtres particulièrement vicieuses. Vicieux, c'est le mot d'ordre, glauque, c'est la ligne directrice, tordue, c'est l'atmosphère ambiante. En l'espace de même pas deux épisodes, fini la gentillesse, les gâteaux, les peluches et les nipaah, les haches volent dans tous les sens, les killer-lolis se réveillent en arborent leurs plus beaux yeux de chat et le héros perds les pédales jusqu'au point culminant d'une terrifiante descente aux enfers, il y a du sang, beaucoup de sang, des cris, des larmes et l'éternelle question qui se pose lorsque vient l'apothéose : comment en est-on arrivé là?
Le pire, c'est lorsque l'on finit par avoir cette sensation, puis ce doute et enfin la révélation que ce festival d'éviscération n'est là que pour masquer le véritable mystère qui rôde dans les recoins sombres d'Hinamizawa...

... ça commence toujours comme ça...

Du début à la fin, les véritables enjeux restent flous, que ce soit pour les personnages, comme l'avisé inspecteur Oishi, oscillant entre un air sympathique et un certain désintérêt pour la sécurité des protagonistes, ou bien Keiishi lui-même, qui conservera jusqu'aux derniers épisodes un lourd secret sur son passé avant son arrivée à Hinamizawa, ou pour le contexte en lui-même. En effet, la série s'amuse à surfer sur les différents clichés régissant les films d'horreurs, entre les extra-terrestres, la manipulation mentale par une créature perverse, le coup du double maléfique, le virus insidieux, les hallucinations, les malédictions, le village isolé, les hachoirs bien aiguisés...
Les plus forcenés pourront tenter de suivre le déroulement de l'enquête dans les quelques passages faisant la part belle au genre policier, grappiller des indices et échaffauder des théories pour lever le mystère sur la série de meurtre inexpliquée d'Hinamizawa.
Au final, contrairement à un anime misant uniquement sur les kilolitres de sang déversés à la seconde, Higurashi se permet (En plus d'un taux honorable d'hémoglobine) d'être réellement flippant, entre les séances de tortures qui n'épargnent rien (Pas même les ongles) et les "transformations" des personnages qui surviennent totalement à l'improviste, mon coup de coeur reste quoi qu'il arrive la scène de la boulette de riz spécialement préparée par la jeune fille attentionnée à l'égard du garçon (Vous saisissez la quasi-parodie de harem qui se dessine?)... garçon qui finit par se rendre compte de manière très douloureuse que cette même boulette de riz confectionnée avec amour est criblée d'aiguilles à coudre (Adieu harem... le cauchemar peut commencer)
... ça s'enchaîne toujours comme ça...

Dès les premières secondes du premier épisodes, on comprend que quoi qu'il se passe après l'opening, on va avoir droit à un déchaînement de violence avec tout ce qui s'ensuit...
L'opening, justement, à l'image de la série, il est inquiétant, furieusement inquiétant, et ce n'est pas la voix de Eiko Shimamiya qui viendra améliorer cette impression, ce qui est loin d'être un reproche. La bande-son est impeccable, les musiques en fond sont à la hauteur du traumatisme, les seyuus ont eu l'occasion de s'essayer avec succès à l'art difficile du rire démoniaque... et la quintessence arrive avec ces oppressantes cigales qui viennent prendre la relève de la musique lorsque la tension est à son comble...
L'ending quand à lui est agréable à écouter, avec des images plutôt belles.


... c'est toujours entrecoupé de joyeuses choses comme ça...


Toutes ces qualités scénaristiques mise à part, le véritable point faible de Higurashi, en tant que série plutôt humble, est sa qualité graphique parfois insuffisante, et son chara-design qui pourra en rebuter certains. Ajouter à cela quelques incohérences et manquement (Toujours graphiques, le scénario demeurant irréprochable) comme la fameuse scène de l'échelle durant laquelle la seyuu de Mion est en total décalage avec le ton supposé. De plus, on pourra reprocher quelques essoufflements au niveau du rythme vers le milieu de la série, les arcs les plus prenant demeurant à mon sens le premier et le dernier, mais ça reste extrêmement éphémère.

... et au final, ça finit toujours comme ça.


Malgré ces quelques défauts somme toute assez mineurs, et au-delà de son scénario complexe et prenant, réglé comme un synthétiseur (Et oui, qui se sert de papier à musique de nos jours...), vous aurez bien compris que l'un des principaux intérêts de l'anime est le plaisir carrément dérangé que l'on ressent, lorsque Rena s'énerve, lorsque l'on ne sait plus si Mion a encore toute sa tête ou quand Keiichi est sur le point de faire une énorme connerie. On s'agite sur sa chaise, on se prend à sourire, puis à pousser de petits ricanements de plaisirs lorsque tout s'accélère... et lorsque l'on enclenche la lecture de l'épisode suivant, supposé marqué l'aboutissement du chapitre en cours, on va éteindre la lumière pour être parfaitement dans le noir, puis on retrouve nos héros dans la situation terrifiante dans laquelle on les avait laissé, sous le chant des cigales en pleurs, lors d'un chaud mois de juin de 1983...




Higurashi no naku koro ni demeure à ce jour ma série d'anime préférée, que je recommande chaudement à tous ceux qui pensent pouvoir endurer la vision d'un arrachage d'ongle effectué dans les règles de l'art. Que ce soit pour ses personnages attachants devenus cultes (La petite rousse répondant au doux nom de Rena... la kawai Rika...), son histoire riche et inextricable, son suspens réel, son opening, ses retournements de situations et son ambiance unique, je rends hommage à cette série qui aura accompli l'exploit de me faire écarquiller les yeux devant mon écran et à me faire sursauter sur ma chaise... et ça, c'est assez incroyable pour être souligné.

mardi 8 juillet 2008

Higurashi live!

L'annonce d'une adaptation live de Higurashi no naku koro ni n'étant plus un secret pour personne, il restait à voir ce que pourrais donner un USO DA avec une Rena en chair et en os...
Pour le Uso da, je sais pas, mais le trailer du site du film, montrant certains passages clés du premier acte de l'anime sur lequel il semble centré laisse présager une ou deux bonnes choses...
Ce qui semble être une date de sortie indique 5/10/2008 (Je ne suis pas expert en japonais mais bon...)
Voici le site où vous pourrez trouver le trailer : http://www.higurashi-movie.com/index.html


Kampai!


Nous sommes toujours en attente d'image pour la saison 3 de l'anime, qui ne devrait plus tarder maintenant... commencez à aiguiser vos hachettes!

dimanche 6 juillet 2008

La JE : oui, mais!

Et voilà! On est dimanche soir et je reviens tout juste de deux jours d'infiltration au sein de la toute puissante communauté Otaku d'Europe (Yes, Sir!), c'est partie pour le compte-rendu d'un deux fois 24 heures pleines de péripéties, d'aventures et de découvertes (Si seulement c'était vrai...)


On arrive le samedi matin à 9h30 pétante après un trajet en train de deux heures et demi et une vérification maladive des billets, de la tirelire, de la caméra, des sandwich et tout le bataclan, classique quoi (Et organisé!). Malgré la pluie, la queue longue comme un jour sans Rei et deux coéquipières dont le tic irritant est d'aller "demander à quelqu'un" dès qu'il y a la moindre incertitude sur le chemin à prendre, nous parvenons avec une indéfectible joie (Fortement influencée par le croisement dans l'allée avec un cosplay de Rikku fort réussi(From FFX-2, les connaisseurs comprendront à quel point c'est important...)) à l'entrée de la terre sainte.

Et là, stupéfaction! Un saligaud mal habillé se jette sur nous et nous déchire sauvagement nos précieux tickets! (C'est un peu après que je comprends que c'est juste un employé...). Bref, à peine remis de nos émotions que nous pénétrons à l'intérieur du premier hall, dédié plus ou moins aux jeux vidéo et au catch. D'un commun accord, nous repoussons cette partie pour demain et nous partons d'un pas léger vers le deuxième hall, où nous attendent monts et merveilles (Enfin, c'est ce qui étais marqué sur le papelard qu'on nous distribué...). Nous commençons par faire un premier tour des lieux, avec la salle de dédicace (Où j'ai l'occasion de le voir, lui, le seul, l'unique Pen of Chaos! En pleine séance de dédic!) Résignés à ne pas avoir assez de temps pour obtenir une quelconque signature, je me contente de le filmer quelques secondes.
Salle de conférence (Salle qui n'en a que le nom...) repérée, on poursuit notre route. Une boutique de sabre (de contrefaçon) plus loin, les fanzines et autres artistes en tout genre, plus quelques stand divers... dont celui de la SOS Brigade! (Mais j'y reviendrais), et hop, on trouve la scène de cosplay, on attaque le coin des geeks, puis les boutiques de goodies, de vêtements et autre machin dont les trois quarts sont HK, un (tout petit) coin culturel japonais, et enfin, le "coin" des gros éditeurs, ou glénat, kana et consorts étalent la totalité de leurs ouvrages avec celui qui montrera sa plus grosse baudruche ou sa plus grosse pancarte... et on a fait le tour!
Ben ouais, je n'ai pas pu m'empêcher de trouver ça un peu plus moins grand que prévu quand même...

Mais bon! C'est pas comme si je me plaignais! J'ai mis la main sur le tant convoité coffret de la déesse, grappillé le sixième tome d'Übel Blatt (Qui me passionne de plus en plus, et de manière tout à fait inattendue), le tome 1 de Sumomomomomomomomomomomo (Je sais pas encore combien de "mo" il y a exactement, vous m'excuserez...), j'ai ENFIN pu me procurer le coffret d'Higurashi et l'ultime DVD (Et je peux vous dire que ça illumine toute une journée ça.), un t-shirt de ma Rei, et pour finir le premier tome du nouveau machin vampirisant jusqu'à plus soif Evangelion (Parce que je suis un fan avec tout ce que ça implique, et parce que Rei, na!)

Que dire d'autre? Comme il fallait s'y attendre, pour un visiteur et ses amis novices en matière de convention, la principale activité à regarder, c'est les cosplays! Et dieu sait qu'il y en a... par contre, je ne m'attendais pas à ce que le genderswap ai déjà convertis autant de monde, mais j'ai pas vu une seule Kyonko... et pas une seule Rei... un peu déçu une nouvelle fois, donc.

Entre deux séances de dédicaces avortées, trois razzias sur les magasins et une rencontre fortuite avec Sephiroth, le meilleur souvenir que je garde de cette JE c'est bien entendu les nombreux Hare Hare Yukai de la SOS Brigade auquels j'ai assistés, j'en ai d'ailleurs filmé quelques uns, j'ai pu manger des cookies de Mikuru et je suis passé à ça de la figurine d'infirmière de ladite Mikuru (Lors d'une tombola où les trois-quart des participants étaient absents... avouez que c'est rageant!)


video


M'enfin bon, j'ai de quoi postériser ma chambre (Enfin, pour tout caser, va falloir rajouter des murs...), la nuit à l'hôtel s'est pas trop mal passé (Mais comme je l'ai bien souvent répété... "c'est un Formule 1"), les sandwichs (hors de prix) étaient pas dégueux, le grain de beauté en forme d'étoile de Mikuru était bien à sa place...
Si on excepte les deux heures qu'ils nous as fallu pour déterminer la bonne marche à suivre avant de rejoindre l'hôtel, c'était une belle convention, dirons-nous (Et puis c'est toujours bien quand un otaku daigne se lever de sa chaise... toujours!). Petit up pour le concours d'amv, qui m'a donné de quoi écouter et visionner pour la semaine qui s'annonce, ainsi que pour le karaoké, qui offre la possibilité de chanter l'opening français de Pokémon sans honte au milieu d'un paquet de gens, comme quoi...

Un bon moment, j'y retourne l'an prochain!


PS : après expérimentation, le doublage de la VF de Haruhi est effectivement de très bonne facture, en tout cas comparé au reste des doublages FR d'animes... mais bon, c'est sans doute la première fois depuis ma première vostfr que j'écoute une vf sans dégobiller, c'est un signe!

vendredi 4 juillet 2008

Japan expo... ou aussi "Et merde, j'ai oublié mes tickets!" + Les news en vrac

Ne vous laissez pas sombrer dans un excès de panique suite à la lecture du titre ci-dessus, je ne suis pas encore sur la route de la terre promise.
L'évènement du moment, c'est bien entendu la mythique Japan expo, qui se déroule depuis deux jours déjà et se poursuivra jusqu'à dimanche. En ce qui me concerne, je part demain avec quelques amis (Un otaku avec des amis, trouvez l'erreur et jetez-vous du haut de votre lit) pour ma première convention japanime, c'est vous dire si je suis ému...

En conséquence, et ce par un fait totalement indépendant de ma volonté, il faudra attendre lundi pour avoir des articles décents sur le Grimanoir... enfin bon, je m'arrangerais pour faire un compte-rendu de mon pèlerinage si ma caméra ne me fait pas faux bond.
C'est donc armé de mon pack de red-bull et de la carte du maraudeur que je m'apprête à entamer ce qui s'annonce comme l'accomplissement d'une vie (Faut le dire vite) au service de la toute puissante japanime.

Mais bon, comme on est pas uniquement là pour faire baver d'envie ceux qui n'auront pas la chance d'y aller cette année (Et qui l'ont profondément DANS L'OS!!!!!), on va tenter de ne pas se quitter là-dessus, et on va passer aux news en vrac.



---------------------------



On commence cette toute première news par une annonce qui m'a comblée de joie (Vous étonnez d'ailleurs pas si je me mets à chialer en cours de route) et qui, selon Moetron officialise l'arrivée prochaine de la deuxième saison de Ef : a tale of memories, baptisée Ef : a tale of melodies (Le premier qui trouve la différence gagne une pile alcaline A3 déchargée). Cette nouvelle saison de la série tirée des jeux de Minori se focalisera plus sur Mizuki (La blondinette) et la douce Yuuko, et sera une nouvelle fois réalisée par le studio Shaft.
En prime, on a même droit a un trailer que voici:





Rien à dire, l'animation est magnifique, la musique est magnifique... c'est Ef, quoi...



---------------------------



Je rappelle à tous ceux qui auraient vécu dans un trou ces six derniers mois que la déesse fera son arrivée sur le sol français le 9 juillet (Une date parmi toutes celles présupposées...), que tous ses adeptes se tiennes prêt à répandre sa saine doctrine à travers nos contrées, je vous annonce dors et déjà que le serre-tête jaune sera obligatoire pour toutes les filles à compté de cette date (En ce qui me concerne, tout en vouant le respect qui lui est dû à la branche maîtresse, je suis également membre du Yuukiisme (L'église du silence) et du Kyonisme (L'accalamation du sarcasme)). Pour ce qui est de l'édition, et donc du doublage (Par Kaze) je reste dubitatif... en effet, Axel Terizaki (Pour les néophytes (Ou inculte si on veut être plus méchant), il s'agit de quelqu'un qui a une importance un peu plus reluisante que le type qui passe le balais (Encore qu'on a toujours besoin de quelqu'un pour passer le balais... m'enfin bon...), bref, Axel prétend que ça passe, mais mon Animeland affirme le contraire...
Au final... ben, je verrais bien moi-même, comme d'habitude.





-------------------------------



Niveau jeux vidéo, Diablo 3 est officiellement annoncé! (BASTON!)
Et comme un bon teaser made in Blizzard vaut mieux que des mots, je vous laisse savourer :





--------------------------



Et Woilà, c'est tout pour cette fois, à la prochaine!

jeudi 3 juillet 2008

My first anime harem!


Il me semblait indispensable pour parachever cette présentation d'y ajouter cette petite bricole.
Alors dans l'ordre :
_ Rei Ayanami (Evangelion)
_ Shiho Miyano (Detective Conan)
_ Nagato Yuki (Suzumiya Haruhi no Yuutsu)
_ Nadia (Fushigi no umi no nadia)
_ Miyako Miyamura (Ef : a tale of memories)
_ Rena Ryuuguu (Higurashi no naku koro ni)
_ Kotomi Ichinose (Clannad)
_ Yorda (Du jeux vidéo : Ico)


Woila, à bientôt pour le premier véritable article du Grimanoir.

Et on se présente maintenant... avec dynamisme, bordel!

C'est donc dans la joie et la bonne humeur que les choses sérieuses commencent!
Ce mot-ci ayant pour but d'exposer avec la précision d'un banquier cocaïnomane les fondements de ce... blog (Ce mot vous écorche la cervelle comme un rien.), ne perdons pas de temps et enchainons :
Grimanoir donc... pourquoi "Grimanoir"? En premier lieu, il faut savoir que mon pseudo à moi, c'est Grimm... manoir... Grimanoir (J'en vois au fond qui réagissent, c'est bon signe...)
Maintenant que ce mystère là est levé, on poursuit :

Vous trouverez sur ce blog des articles, des news toutes fraîches sur la japanime, des critiques constructives et objectives sur certains animes et mangas, voir jeux vidéo et films. A précisé que j'effectuerais ce genre de billets uniquement sur les œuvres auxquelles je me serais essayé, ou tout simplement celles dont j'aurais envie de parler, une journée de 24 heures ne permettant absolument pas de réaliser des tests sur l'intégralité des nouveautés du jour... suis pas un nolife moi... et j'ai pas de delorean volante sous la main, constatez le dilemme...

De prévu également : des fanfics, soit sous forme one-shot ou histoire longue...
Mais aussi des frites, trois double-dose de coca pur beurre, popcorn forever, pizza, otaku, psp, haruhi, miko et tout ce qui s'ensuit.

Il reste pas mal de boulot à faire sur la charpente du Grimanoir pour que ça tienne véritablement debout, quelques sondages à l'occasion, un coup de peinture, la plomberie et ce sera au poil, mais comme je peux encore décemment me considérer comme un... novice (On va dire ça, ouais...) en matière de scripts, de php, de java, de mysql, de pizzas lyophilisées et de mensurations, ça va pas avancer très vite... mais bon, j'ai tout le temps pour apprendre! Du courage, que diantre!

En ce qui concerne le taulier (Moi donc...), il a 16 ans, près de 17, un jeune garçon dans la fleur de l'âge témoignant un goût prononcé pour pour les quiet-girls (Rei, Nagato and Co...), ma couleur préférée... j'en ai pas en particulier, ma couleur de cheveux... excellente question, ça va bien faire trois mois que je me suis pas regardé dans un miroir...
Mes animes préférés... je dresserais une liste dans peu de temps, mais sachez qu'en supporter accompli des machettes et des rires démoniaques, un certain anime au nom imprononçable y occupe une place de premier ordre...


Bon ben, y me semble qu'on a fait le tour, le bar est ouvert jusqu'à 19h, les toilettes sont au fond à gauche, mangez c'est ma chair, buvez c'est mon sang, touchez pas c'est mon cu*, si il y a autre chose, je vous le ferait savoir.

Sur ce, et comme on dit : à toutes.