vendredi 29 août 2008

Fanfiction : Le Monde de Suzumiya Haruhi / Chapitre 1

Et voilà le premier chapitre, bonne lecture!



Le monde de Suzumiya Haruhi

Chapitre 1




Fut un temps… ma vie était normale.
Je n’avais aucun rêve, pas la moindre ambition, et je m’étais résigné à vivre dans ce monde définitivement normal pour le restant de mes jours… clair, net et précis.
J’imaginais sans effort que des observateurs extérieurs pourraient donc considérer ma «collision» avec Suzumiya Haruhi comme la lumière au bout du tunnel, ma chance d’échapper à la vie banale qui s’annonçait…
Mais non, parce qu’une lumière comme ça, il valait mieux l'éteindre vite fait… sous peine d’un conflit thermonucléaire global…
Marchant d’un pas lourd vers le lycée, en cette matinée radieuse mais sensiblement enlaidie par mon humeur douteuse, je me remémorais les évènements du dernier soir : lorsqu’une Haruhi ayant sans doute fait sauter les derniers ponts la reliant au monde réel nous annonça aux trois phénomènes de foire et à moi-même qu’elle comptait… voyons voir… « Faire plier ces ennuyeux dirigeants du monde entier pour qu’ils m’obéissent au doigt et à l’œil et commencent sérieusement les recherches d’êtres surnaturels avec lesquels nous pourront nous amuser ! »… et tout ça sans respirer…
Pourtant, dans un surprenant sursaut de bon sens, Haruhi nous renvoya tous chez nous, en marmonnant d’un air machiavélique que nous verrions demain de quoi il retournait exactement… et demain était rapidement devenu aujourd’hui…

Entamant la dernière ligne droite devant me mener vers ma destination finale -et je ne parlais pas seulement du lycée- j’avouai avoir été un peu surpris… en croisant un certain Itsuki Koizumi sur ma route.
« Bonjour », me lança sobrement celui-ci avec un signe de la main.
Je ne savais pas si je devais être rassuré de le voir aussi serein un jour qui s’annonçait tumultueux… mais je m’approchais.
« Salut »
Un court silence suivit, durant lequel mon interlocuteur jeta quelques regards à droite et à gauche, constatant que nous étions relativement isolé par rapport aux autres élèves sur le chemin des cours… et lorsqu’il ouvrit à nouveau la bouche, je savais déjà pertinemment ce qu’il allait dire…
« Pouvons-nous discuter ? »



Comment ça « Pas prévu » ?
« Qu’est-ce que tu veux dire par là ? »
Sur le chemin, nous venions à peine d’entamer la conversation que je ne comprenais déjà plus rien…
« Je veux dire, pour faire simple, que ça devait se passer autrement. »
Ça c’était du développement.
« J’ai bien compris. Ce que je demande, c’est comment toi et ton organisation pouviez bien savoir que ce n’était pas prévu. »
« A te dire vrai… cette information ne vient pas directement de notre organisation… »
« … »
« … »
« Bon, admettons… mais quel rapport avec Asahina ? »
« Et bien, après avoir référé des évènements d’hier à ses supérieurs, Asahina a dû s’absenter. »
De quoi ?!!
« S’absenter ? »
« Oui, afin de tirer au clair cette histoire, j’imagine. »
« Tu imagines ? »
Si même Koizumi n’avait plus aucune certitude fiable, je n’avais plus qu’à allez me suicider.
« Je suis tout aussi surpris que toi, tu sais »
Ça m’étonnerait…
Il y eu un instant de flottement… avant que je ne demande :
« Mais quand bien même, c’est si inquiétant que ça ? »
« Je ne saurais le dire. »
Ben tiens…
« Concrètement, nous n’avons qu’une seule certitude : ce projet de Suzumiya visant à dominer le monde ne devait jamais voir le jour. »
Même venant de la bouche de Koizumi, cette phrase possédait autant de crédibilité à mes yeux que Star Wars… que je n’avais jamais vu non plus d’ailleurs…
« J’imagines que cette certitude vous vient des supérieurs d’Asahina. »
Itsuki me regarda un instant d’un air un peu surpris.
Comme si c’était aussi incroyable qu’une telle déduction émerge de mon cerveau...
« C’est exact », avoua-t-il.
Puis, comme si ce secret n’en avait jamais été un, il poursuivit :
« Les gens du futur sont unanimes : Suzumiya ne devait aucunement avoir une telle ambition… tout du moins, pas maintenant. »
C’était lourd de sous-entendus ça…
« Peut-être qu’ils se sont simplement trompés de date dans leurs archives… »
« Malheureusement, cette hypothèse est à écarter », répliqua Koizumi d’un ton amusé.
« Bon, ils ne se sont pas trompés de période… alors Haruhi est juste en avance sur son planning, pas de quoi en faire un drame, si ? »
« Je serais tenté de te répondre si ».
Nouveau silence…
Un air pensif sur le visage, Koizumi reprit :
« Dis-moi, as-tu entendu parler du paradoxe du grand-père ? »
Je la sentais venir, celle-là…
« Non. »
« Il s’agit d’une expérience de pensée basée sur le voyage temporelle. »
« Et ça sert à quoi ? »
« A en démontrer l’improbabilité. »
Koizumi ne reprit pas immédiatement, satisfait du petit effet de sa phrase sur ma personne…
« Imagines-toi un homme. Cet homme, par un moyen quelconque, retourne dans le passé puis tue son grand-père… et cela bien avant que ce dernier n’ait eu des enfants… »
Je voyais à peu près où il voulait en venir.
« De fait, ce voyageur temporel n’est jamais venu au monde… mais dans ce cas, comment aurait-il pu retourner dans le temps et commettre son acte ? »
Itsuki me regardait comme si il espérait que je réponde à cette question… ce que je me gardais bien de faire…
« Nombreux sont les hommes modernes, auteurs de romans ou philosophes qui se sont penchés sur la question… à l’heure actuelle, et si on ne tient compte que des connaissances disons… « officielles », deux hypothèses tentant d’expliquer cette contradiction existent. »
Connaissances officielles… je ne veux même pas essayer de comprendre ce que ça peut bien vouloir dire…
« La première et la plus probable démontre qu’en tuant son ancêtre, cet homme entraînerait une modification du futur et ainsi la création d’un univers parallèle. »
Ça me faisait penser que je ne n’avais pas non plus vu "Retour vers le futur"...
« La deuxième privilégie la non-modification du futur et permettrait d’interagir avec le passé en laissant sa cohérence à l’Histoire. »
Je pris deux minutes pour réfléchir posément à la question.
« Et donc, quelle est la bonne solution ? »
« Aucune des deux », trancha Itsuki.
Je me demandais alors à quoi avait bien pu servir tout ce monologue, sinon à nous éloigner du sujet…
« Néanmoins, pour la suite tu peux considérer que la première théorie est la plus proche de la réalité… et donc raisonner à partir de cela. »
Je soupirais…
« Bon, admettons… Haruhi fait un truc en avance sur l’horaire… et si je te suis, ce serais parce que quelqu’un a remonté le temps et fait quelque chose qui a tout chamboulé… c’est bien ça ? »
Le garçon me répondit par un hochement de tête affirmatif.
Par un éclair de lucidité, je réalisai :
« Mais alors… ce serait la faute d’Asahina ? »
Koizumi fut moins catégorique :
« Ce n’est pas exclu… mais c’est loin d’être aussi simple. »
« Pourquoi ça ? »
« En remontant le temps et en rencontrant Suzumiya, Asahina est également entrée en contact avec son entourage. »
« Tu veux dire… moi, Nagato et toi ? »
« Oui. Ainsi, elle a interféré d’une façon ou d’une autre avec nos agissements, ce qui signifie… »
« Que c’est peut-être l’un d’entre nous qui a… changé le déroulement des choses. »
« Exactement. »
Bien que je ne parvienne pas à saisir tout ce que cela impliquait, je ne pouvais m’empêcher de ressentir une certaine gêne.
« Mais ce n’est pas tout. »
« Quoi, il y a autre chose ? »
Itsuki mit un peu de temps à répondre :
« … nos amis intergalactiques possèdent également, comme tu le sais déjà, la possibilité d’effectuer des voyages temporels. »
Comment pouvait-il savoir que j'étais au courant?
« Alors… ça pourrait aussi venir de Nagato ? »
« Probablement… »
Probablement…
De fils en aiguilles nous étions déjà parvenus devant les portes du lycée…
« Comme tu peux le constater, Kyon, mes certitudes sur cette affaire sont des plus aléatoires… »
Venant de quelqu'un qui vous avait toujours bluffé -ou exaspéré- par sa capacité à avoir réponse à tout, ça en devenait particulièrement peu rassurant...



Durant toute la durée de la classe, je ne pouvais m’empêcher de jeter de petits coups d’œil à l’organisme humanoïdo-divin occupant la place de derrière… et qui arborait un de ces sourires en coin qui précèdait une fin du monde.
Haruhi ne m’adressa pas la parole de toute la matinée, son regard résolument tourné vers l’extérieur, songeant à je ne sais quel dessein machiavélique pouvant faire passer Hannibal Lecter pour un gentil garçon…

… non… non, j’avais beau chercher, je n’avais pas le souvenir d’avoir vu « Le silence des Agneaux » une seule fois dans ma vie…
Toujours est-il que la pause de midi arriva bien trop rapidement à mon goût…
A peine la sonnerie se fit entendre que Haruhi se rua hors de la classe, me laissant moi et mon désespoir encore une fois sans m’adresser la parole… comme si elle savait pertinemment que j’allais bien finir par la suivre…
Fallait-il qu’elle ait raison…



Le pas lourd, la mine renfermé, c’était avec un entrain dépassant de peu celui d’un mollusque malade que je me dirigeais vers la salle de littérature… tel un condamné à mort suivant la ligne verte…
Parvenu devant la porte close, l’absence confirmée de Mikuru jouant assurément dans mon humeur massacrante, j’hésitais à pénétrer tête la première dans ce piège qui se tendait devant moi, prêt à m’engloutir sans pitié…
Pendant une seconde, je m’imaginais m’enfuir à toute jambe, fabriquer un radeau et me trouver une île déserte, sans Haruhi, sans plan démesuré et mégalomane de conquête du monde et sans cette envie pressente de me pendre à la première occasion… un endroit où je me retrouverais seul au monde…
… « Seul au monde »…
Comme si ça ne suffisait pas, je me rendais compte à présent que ma culture cinématographique était des plus relative…

J’inspirais un bon coup.
Puis, j’entrais.




… …
… … … Qu’est-ce que c’était… que ça ?
Deux personnes étaient présentes… normal.
Haruhi et Yuki… pas de problème.
Haruhi est absorbée par l’écran de son ordinateur et ne semblait pas me voir… tout à fait habituel. Nagato… en fait, c’était là que ça coinçait.
Si on s’attardait sur le simple fait que l’extraterrestre était entrain de lire, on pourrait s’imaginer qu’il n’y avait aucune raison de s’alarmer. Sauf que… il était physiquement, non…
… biologiquement, génétiquement impossible de ne pas tenir compte… du reste.

… Blanche…

… Bunny…


Nagato-Yuki-l’extraterrestre-taciturne-comme-une-tombe-était-habillée-en-bunny-blanche.

Je fis faire plusieurs fois le tour de mon esprit à cette information, je clignais des yeux à répétition… mais rien à faire.
Au-delà des voyageurs dans le temps, des êtres psioniques, des dieux ou des lignes vertes… je me trouvais face à la chose la plus improbable de cet univers et d’ailleurs.
Ça, j’en étais certain…

Un peu tremblant, j’attrapais une chaise et m’écroulais dessus, apercevant subversivement au sol les vêtements de l’interface humanoïde honteusement dépossédée de sa dignité…
Tout à côté, Haruhi était toujours à pianoter nerveusement sur son clavier… apparemment, elle était un peu irritée…
L’esprit embrumé, comme si mes derniers repères en ce monde fou venaient de s’envoler, je voulais néanmoins savoir… je voulais comprendre…
« Euh… Haruhi ? »
« Hmm ? », fit-elle abruptement.
« … et bien… je… »
Blocage… impossible d’aller plus loin.
Après tout, pouvais-je sérieusement croire que Haruhi me donnerait une réponse satisfaisante ? Qu’elle m’expliquerait le pourquoi du comment de cet acte illogique et irréfléchis ?
Non…
« Euh… rien. »
« Alors ne me dérange pas quand je travail ! »
Quel travail ?
Une nouvelle fois, j’inspirais une grande bouffée d’air. Allons, allons, il fallait que je retrouve mes esprits, réfléchir calmement…
Après tout, ce n’était pas si compliqué à comprendre, avec un minimum de raisonnement…
Ayant appris d’une façon ou d’une autre que Mikuru serait absente aujourd’hui, notre estimable capitaine de brigade avait décidé de remplacer la mascotte du groupe par la seule personne disponible… ce qui n’avait pas l’air de la calmer pour autant…
Yuki tourna une page de son livre, et ce simple geste suffit à faire trembler les longues oreilles immaculées de son déguisement…
… ainsi que ma propre santé mentale.
Mon dieu… qu’avais-je donc fait pour en arriver là ?

Les minutes passèrent dans un silence à peine troublé par les pianotements incessants de Haruhi et les battements de mon cœur prêt à se désagréger à la vue d’une extraterrestre en bunny girl…
J’essayais vainement de faire le vide dans ma tête lorsque la porte du local s’ouvrit soudainement… laissant apparaître un sourire familier.
« Désolé pour le retard », s’excusa bien bas Koizumi.
A peine cette phrase fut achevée que Haruhi laissa en plan son « travail » pour se lever vivement de sa chaise, le sourire jusqu’aux oreilles.
« Parfait ! Tout le monde est là ! »
A croire que Mikuru n’avait jamais eu d’autre utilité que de faire la mascotte…
Nagato tourna une autre page de son bouquin…
Koizumi se trouva également sur une chaise.
Seule notre chef autoproclamé restait donc debout, nous surplombant de toute sa hauteur…
Avec assurance, elle déclara :
« Je vais maintenant vous exposer en détail les points essentiels du plan final ! »
Adieu monde des vivants… ce fus éphémère mais intense…

« Toc » « toc » « toc ».
Quelqu’un venait de frapper à la porte…
Retrouvant son expression irritée, Haruhi s’écria :
« Qui c’est ? Les geeks ne sont pas admis ici ! »

Il y eu un son étouffé… puis, la porte s’ouvrit lentement…




--------------------------------------




Et hop, le prochain chapitre devrait normalement mettre moins de temps à arriver.
Sur ce!

mercredi 27 août 2008

Tout Touhou #2




Nom : Reimu Hakurei

Espèce : Humaine

Âge : Inconnu

Profession : Prêtresse

Lieu de vie : Temple Hakurei




Reimu est l'un des personnages principaux de Touhou, apparaissant dans quasiment tous les épisodes de la série. En tant que seule prêtresse du temple Hakurei, elle est souvent appelée à enquêter sur les évènements étranges survenant de part le monde.

Lors des précédents jeux, Reimu possédait des capacités spirituelles relativement limitées : elle ne pouvait pas voler par elle-même (Elle était aidée par Genjii, sa tortue) et du fait de son statut de prêtresse elle était parfois incapable de faire du mal à tous ses ennemis. Néanmoins, en développant ses compétences elle est devenu capable d'user du Yin-Yang Orb (Deux orbes apparaissant autour d'elle pour lui prêter main forte lors des combats), d'amulettes et d'un pouvoir spirituel toujours limité mais plus efficace en combat. Puis, entre Mystic Square et Embodiment of Scarlet Devil, elle acquiert la possibilité de voler par ses propres moyens.

De même que ses capacités, sa personnalité à évolué au cours de la série. Reimu est une jeune fille gentille, optimiste et un peu cruche sur les bords. Mais à son contact, nombreuses sont ses précédentes opposantes à se prendre d'amitié pour elle (Ce qui n'empêche nullement quelques combats d'éclater de temps à autres...), le temple devenant un lieu de passage particulièrement prisé par les filles dans le Gensokyo.



mardi 26 août 2008

Tout Touhou #1

Il y a peu, je découvrais comme beaucoup avant moi cette série de doujin-games de type danmaku répondant au doux nom de Touhou.
Je pourrais faire un topo global de la série, voir le mécanisme des jeux en quelques paragraphes, vous expliquer ce que sont un doujin-game ou un danmaku mais d'autres s'en chargent très bien à ma place.
Non, ici je vous parlerais en détail de l'univers, de l'histoire et de chacun des nombreux personnages de la série, les uns après les autres.
Pour rappel, les musiques, jeux et divers wallpapers de la série sont dispo gratossement ici.


Histoire :

Il y a bien longtemps à Gensokyo, dans un pays reculé d'extrême-orient, existait un endroit désolé envahie par les youkai. Ces youkai s'en prenant aux voyageurs perdus, des exorcistes furent envoyés pour résoudre cette situation problématique et finirent par s'y installer, afin de contrôler les youkai.
Ailleurs, la civilisation humaine se développa et la notion de magie fut bannie des croyances. Des prêtres scellèrent alors Gensokyo qui fut oublié...
Au sein de Gensokyo, une nouvelle civilisation se forma, où les qualités magiques et spirituelles restèrent dominantes et où les humains et les youkai continuèrent de s'affronter.
Le seul accès du monde extérieur vers Gensokyo était le temple Hakurei, aux abords de Gensokyo... mais à cause de l'expansion du monde extérieur, de plus en plus d'humains pénètrent dans le monde scellé...

jeudi 21 août 2008

Bakuman.

Vous excuserez la simplicité du titre, l'inspiration va et vient comme l'intérêt d'un arc de Code Geass...

Mais bref! Chers lecteurs, comme je vous en faisait part récemment, le duo Ohba et Obata (Vous savez, les créateurs d'un certain cahier d'exercice...) a récemment remis le couvert avec Bakuman, un mangas relatant les aventures mouvementées d'un duo de mangakas en herbe devant affronter les nombreux obstacles du métier...
Dis comme ça, ça n'a pas l'air franchement digne de Kira-sama et sa clique de surdoués aux cheveux gras, mais croyez-en le tôlier, c'est de l'or en barre.
A ce sujet, le site Jumpland a mit en ligne le premier chapitre, gratossement ça va de soi, en quatre langues : anglais, français, allemand et japonais (C'est dans des cas comme ça où les français ne sont pas oubliés qu'on se sent vachement bien quand même).

Un mangas extrêmement prometteur où les auteurs font preuves d'un culot extrêmes. Le moment venu, j'essayerais d'écrire un billet plus détaillé dessus (Par contre, quand je pense que je suis déjà accro à un truc qui mettra minimum trois ans à se finir... "soupir"... nous sommes tous maso...)




source : anime news network

lundi 18 août 2008

Fanfiction : Le monde de Suzumiya Haruhi / Prologue

Et voici le prologue de ma fanfiction dédiée à la déesse, bonne lecture!



Le monde de Suzumiya Haruhi

Prologue





« La vie n’est pas un long fleuve tranquille », parait-il… inutile de dire que je soupçonnai l’auteur de cette citation d’avoir un jour navigué sur le Titanic.
Néanmoins, j’avais déjà eu la désagréable possibilité de constater par moi-même que cette fatalité représentait relativement bien la globalité de mon existence, en tout les cas, de mon existence ayant suivie mon intégration au sein de l’atypique brigade SOS…
Car si je devais être un des passager du Titanic, fringuant jeune homme ayant débuté son périple vers la fin du lycée avec un certain optimisme, je me plaisais à comparer Nagato à la mer glacée de l’Atlantique Nord : excessivement froide, impénétrable mais à bien y regarder omniprésente. Le rôle du canot de sauvetage, seul et mince rayon d’espoir dans mon destin tragique, revenait de droit à la douce et rayonnante Asahina Mikuru. Quant à Koizumi…
… il n’avait qu’à faire Dicaprio…
Cela étant, il paraissait désormais désespérément logique que le poste de cet ô combien irritable iceberg responsable du naufrage pur et simple de ma petite vie tranquille, rationnelle et délicieusement banale était attribuée à la seule, l’unique et désespérante d’exubérance, j’ai nommé : Suzumiya Haruhi, le diable…
… même si certains individus composant désormais mon proche entourage préféraient l'appeler plus humblement : « Dieu ».
Suite à cette mémorable collision avec cette misanthrope en puissance, il ne faisait aucun doute que mon Titanic allait couler et toucher le fond pour ne plus jamais espérer revoir un jour la lumière du soleil… triste sort.

Perdu quelque part entre le 36ème sous-sol et six pieds sous terre, je ressassai cette version édulcorée de ce monument du cinéma en essayant de trouver le moyen d’y caser voyages dans le temps, pouvoirs psioniques et ovnis tout en disputant de loin une partie d’échec trainante en longueur avec l’autre et son impérissable sourire… avant de me rendre compte que le monument en question, je ne l’avais jamais regardé en entier…
« Dicaprio, tu meurs à la fin ou pas ? » fis-je d’une voix lointaine en jetant un regard vague vers Koizumi.
Clignant légèrement des yeux, celui-ci me répondit avec son immortelle gaité :
« Je te demande pardon ? »
Me rendant soudainement compte de ce que cette oisiveté prolongée avait finit par me faire dire, je murmurais passivement :
« Non, rien… »
Son sourire fixé à son visage avec de la super-glue, Koizumi retourna à l’observation prolongée de ses pièces, et moi à celle des mouches au plafond…

A l’intérieur du local du club de littérature annexé par un envahisseur au serre-tête jaune, le calme régnait… et s’étalait de tout son long en prenant bien soin de m’écraser au passage. Entre moi et Koizumi, qui semblait bien parti pour battre le record du plus long tour d’échec, Nagato qu’on entendait même pas tourner les pages de son livre et Mikuru qui préparait avec attention son thé revigorant… on ne pouvait pas vraiment affirmer que nous étions entrain "d'apporter le fun dans le monde"
Pourtant, je me devais d’observer le bon côté de la chose… car un tel silence de mort n’avait qu’une seule signification : l’absence de Haruhi.
A mesure que le temps passait, il paraissait d’ailleurs de plus en plus probable qu’elle ne viendrait plus aujourd’hui… du coup, je me demandais de plus en plus sérieusement ce que je fichais à rester ici, à contempler mollement une chaise dans un coin de la pièce…
Mais l’odeur du thé juste à côté de moi me rappela soudainement la raison de cette inattendue persévérance…
Le sourire étincelant et salvateur de la seule déesse que je reconnaissais m’apparut alors, et Mikuru déposa délicatement la tasse pleine du liquide fumant sur la table, avant d’apporter la sienne à Koizumi… c’était court, mais ça valait bien tout ce temps perdu à ne rien faire…
Je bu lentement mon thé par petite gorgées, avant de me replonger dans mes réflexions peut-être légèrement moins lumineuses que le sourire de Mikuru…

Ma tête se tourna lentement vers la quatrième et sûrement la plus invisible des personnes occupants cette pièce…
Nagato était comme de juste plongée dans ce qui ressemblait plus à un dictionnaire qu’à un roman, le regard insondable…
Comme je n’avais réellement rien de plus intéressant à faire dans l’instant, je restais là à regarder l’extraterrestre tourner sobrement les pages du bouquin, me demandant à quoi pourrait bien ressembler une mer violette…
Ça aurait pu continuer comme ça encore de looongues minutes… mais sans que je ne parvienne à le saisir, il se passa alors quelque chose…
... quelque chose d’assez effrayant.

D’une seconde à l’autre, presque instantanément, Nagato était entrain de me regarder, droit dans les yeux. C’était comme dans ces vieux films de série B se prétendant d’horreur, lorsqu’un protagoniste que l’on sait suspect détourne soudainement la tête vers la caméra en lui jetant un regard glaçant, avec en fond sonore une soudaine montée suraigu de violon… c’en était presque… irréel.
Son visage resta tout aussi inexpressif qu’à l’accoutumé, et pourtant, elle avait quelque chose de différent dans ses yeux…
Autour de moi, c’était difficile à expliquer… mais j’avais en cet instant une impression totale de vide, plus de thé de la chaleureuse Mikuru, pas même de sourire réconfortant -quand il n'était pas agaçant- de Koizumi, de Titanic ou de collision… à ce moment, il y avait juste moi, et le regard à la fois vide et perçant de Nagato.

« Réveillez-vous »

Je clignais des yeux... et tout revint en un instant.
La chaleur de la tasse entre mes mains, le bruit mat d’un pion que Koizumi venait de manipuler… et Nagato, aussi absorbée par son livre qu’avant…

… mais avant quoi ?
« Nagato… tu as dit quelque chose ? »
Sans même remuer un cil, elle me répondit sans détacher les yeux de son livre :
« Non », fit-elle simplement.
« Ah… »
C’était plutôt clair comme réponse…
Cependant, malgré les regards quelques peu interrogateurs de Koizumi et de Mikuru, je me permis d’insister :
« Tu en es… certaine ? »
« Oui. »

Le silence… long… vraiment…
… pesant…
Réellement intrigué par cela, et bien décidé à ne pas envisager la possibilité que je sois devenu aussi marteau que notre respectable capitaine de brigade, je fus tenté de demander à haute voix aux trois agaçantes menaces de cette belle chose qu’est la logique -devenue très rare dernièrement- si l’un d’entre eux était télépathe…
Plus mené par l’irritation que par la prudence, j’allais entrouvrir la bouche…

Mais à cette seconde très précise, sans que je ne puisse faire quoi que ce soit pour l’en empêcher, le monde s’écroula…



… et Haruhi pénétra en trombe dans la salle du club, le regard flamboyant, usant de sa voix magistrale d’enquiquineuse mondiale pour venir achever de planter un tranchoir dans mon cœur déjà pas mal meurtris par les bêtises à répétition orchestrées par la jeune fille :
« Chers membres de la grandiose brigade SOS ! J’ai une grande nouvelle ! »
« Tu dissous le groupe ? » tentais-je avec espoir.
M’ignorant superbement, Haruhi poursuivit :
« Le moment est enfin arrivé ! L’heure de gloire ! La reconnaissance éternelle dans tous les livres d’histoires ! »
Et sûrement la fin abrupte et douloureuse de ma triste vie…
« L’objectif final de la brigade est en phase de débuter, l’accomplissement de tous nos succès, l’aboutissement de toutes nos victoires ! »
Victoires ? Succès ? Ce pitoyable regroupement d’êtres surnaturels n’a jamais fait qu’arpenter les rues de la ville à la recherche vaine d’évènements paranormaux !
« Dites-nous tout, Capitaine », glissa soigneusement le lèche-botte de service…
Cessant de se faire prier, Haruhi se dirigea d’un pas rapide vers son bureau, où elle grimpa pour se tenir au-dessus de nous, comme si nous faire de l’ombre constituait son plus savoureux plaisir dans l’existence…
Ce fut à ce moment que je remarquais que l’inscription sur son bandeau rouge avait été remplacée dans une écriture approximative et un pseudo-anglais par « World Boss »… oh mon dieu, puissiez-vous ne pas être cette folle…
Levant le poing au plafond, son sourire refusant de décroitre, Haruhi acheva dans une atmosphère où la tension était à son comble :
« Nous ! La légendaire brigade SOS, dans le but éternel de surcharger le monde de fun, allons désormais mettre en place le « plan final » ! »
Le quoi ?
« … la conquête du monde ! »



… …



La quoi?!



----------------------------------------------



"Réveillez-vous"



----------------


Et voilà, ayant d'autres obligations, les premiers chapitres seront sans doute un peu longuets à venir, mais j'essayerais de maintenir un rythme acceptable.
C'est tout, et si vous avez un commentaire, n'hésitez pas.

Compte-rendu du DKΣ3713

C'est avec un retard tout à fait impardonnable que, comme précédemment annoncé, les affaires reprennent! Et sans plus attendre voici un résumé des deux jours de Private Party Square Enix s'étant déroulés au début du mois.
Pour Rappel, DKΣ3713 fait référence aux initiales des jeux présents lors de ce salon, à savoir :
  • Final Fantasy XIII (PS3)
  • Final Fantasy Agito XIII (PSP)
  • Final Fantasy Versus XIII (PS3)
  • Kingdon Hearts 358/2 Days ( DS)
  • Kingdon Hearts Birth by Sleep (PSP)
  • Kingdom Hearts Coded (Portable)
  • DISSIDIA FINAL FANTASY (PSP)
  • The 3rd Birhtday (PSP)
  • Sigma HARMONICS (DS)
  • Final Fantasy VII Advent Children Complete (Blu-ray)
Commençons donc comme il se doit par le commencement!

Une vidéo du Playstation TV Spot d'une qualité douteuse était dédiée à l'évènement, assez pauvre en nouveauté il faut bien le dire.

Final Fantasy XIII (PS3)

Square Enix confirme que le jeu sera disponible au Japon courant 2009, bien qu'avec le temps et l'expérience, on a finit par apprendre à être patient...
Le développement du jeu précédemment annoncé sur XBox 360 n'aurait point encore débuté et ne le sera qu'à la fin de la version Playstation 3, alors qu'une démo vraisemblablement donc issue de la PS3 sera jouable au TGS 2008, en Septembre. Pour finir, un dvd contenant les deux premières heures du jeu sera inclu au pack de Final Fantasy VII Advent Children Complete.

Quelques artworks ont été photographié, montrant les trois invocations connues et les environnements appartenant soit à Pulse soit à Cocoon, les mondes de FFXIII.




Et voici scans publiés dans le magazine Famitsu depuis l'évènement, où l'on peut voir la virevoltante Lightning dans ce qui est annoncé comme des séquences in-game:


Pour ce qui est de FF : Agito XIII et du dernier né de la saga Parasite Eve : The 3rd Birth, nous avons l'excellente surprise de constater que leur développement sur téléphone portable a été transféré sur PSP, ce qui met ces deux jeux à porté du public européen (En tout cas, le public européen qui a de quoi s'acheter une PSP...)
Agito serait proche du système de combat de Crisis core, à la différence que plusieurs protagonistes pourront cette fois intervenir en combat, la jauge ATB fera son retour. Un mode de jeu en ligne sera également de la partie et à l'image des deux autres XII, les invocations pourront être guidés par le joueur (Odin serait d'ailleurs un protagoniste à part entière).
Point de date de sortie prévue pour ces deux jeux, mais vivement le grand retour de Aya Brea, la plus sublime blonde des jeux vidéos!







Du côté du sombre FF : Versus XIII, on apprend la débaroulade de ces bons vieux shinigamis, dont Yoshitaka Amano se charge du design, envers lesquels les populations du jeux seraient en adoration. On a également de nouvelles images du mystérieux héros de cet opus.






Chez Kingdom Hearts, l'épisode Coded ne bénéficiera pas d'un transfert sur Psp, et poursuit donc son développement sur téléphone portable. Cet épisode est prévu pour l'hiver 2008 au Japon.



En ce qui concerne l'épisode Birth by Sleep très attendu sur Psp, les mondes de Cendrillons et de la Belle au bois dormant se sont vus présentés. Mais le plus notable reste l'apparition (Enfin!) de la jeune fille aux cheveux bleus présente durant la vidéo secrète de l'épisode Final Mix +, portant le sobriquet de "Aqua".







Toujours sur la PSP décidément à l'honneur, FF : Dissidia voit le nombre de ses protagonistes grossire à vu d'oeil : Golbez (FFIV), Exdeath (FFV) et Kefka (FFVI) viennent rejoindre Tidus, le Chevalier Oignon et toute la clique pour ce qui s'annonce comme une mémorable marave-party, annoncée pour décembre 2008 au Japon!




Pour conclure en beauté (Ou pas), la super annonce que tous les fans de FFVII attendaient avec l'impatience d'une horde de coyote... se résumaient en fait à la présence de la démo de FFXIII dans le pack Advent Children Complete qui devrait arriver au Japon en Mars 2009. Ainsi, aucun remake du légendaire FFVII n'est prévu, et si il devait y en avoir un, ce ne serait sûrement pas pour tout de suite...
La durée de la nouvelle version du film des aventures de Cloud devrait atteindre 2h10, ce qui augure un bon nombre de scènes ajoutées.

Et voilà! Il ne reste plus qu'à patienter jusqu'au TGS pour plus d'informations sur les jeux de la firme... parce qu'il faut bien avouer que ce salon fut d'une pauvreté affligeante en comparaison des attentes des fans... mais bon, ce n'est pas comme si les fans avaient arrêté d'être masochistes...


source : FFdream

samedi 9 août 2008

Notre peuple vaincra!

Et oui!
Même au plus profond de cette belle région (paumée) qu'est le Lot, j'arrive à accéder à un ordi (Pourrave) avec une connexion internet qui marche (Au 256 k en pédalant) pour vous pondre cette (Petite) news qui vous confirmera qu'il y a toujours de l'espoir dans le monde pour un otaku en manque (Le tout facturé à 8€ l'heure... saloperie de paysans...)
Mais bref, pour les toutes ces raisons (Entres parenthèses), je ferais court (Vous excuserez donc l'absence de liens et d'images...)
Le duo prodige Tsugumi Ohba et Takeshi Obata remet le couvert pour une nouvelle oeuvre baptisée "Bakuman" qui commencera dans le Shonen Jump au Japon à partir du 11 Aout, souhaitons lui un avenir aussi prospère que le fier Death Note, né de ces deux artistes.
Là, je n'ai plus qu'un petit quart d'heure avant que mon forfait ne soit dépassé... je ferais donc court pour vous prévenir que dès mon retour Samedi prochain, les affaires reprennent pour de bon, avec un dossier en bonne et due forme sur la convention Square Enix s'étant déroulée dernièrement, le premier chap d'une de mes fanfic qui traine sur mon ordi et un tas d'autre chose que j'ai du noter dans un coin pour ne pas oublier... reste à retrouver le coin en question...
Lecteur, te voilà prévenu! A la semaine prochaine!

samedi 2 août 2008

Standbye-bee

Et voilà ce qui arrive quand on vit encore chez ses parents, que la totalité de vos rares amis sont tous barrés et qu'on arbore fièrement le statut d'otaku occidental... on part, on met les voiles loin des claviers, écrans et autres saloperies auxquelles vous êtes (Malgré vous) devenu accro, et tout ça pour 15 longs jours déjà interminables durant lesquelles vous n'avez pas fini de vous faire suer au fin fond d'un camping casé près d'un bled paumé que personne ne connait et que personne ne veut connaitre... le tout sans aucune certitude valable de trouver à portée de tir une quelconque liaison wifi pour faire marcher Patty (Ma PSP), ne serait-ce que pour lire l'article hebdomadaire de l'éditotaku ou pour le simple plaisir de faire grimper le nombre de visite de cette bonne vieille page google...
En vérité je vous le dit, c'est la dèche. Alors à moins d'un miracle (Ou d'un ordinateur relié au net, c'est pas mal non plus...) je ne pourrais assurer une quelconque activité sur le Grimanoir durant 15 jour à compter... ben d'aujourd'hui. Et après, on va venir me dire que je délaisse mes obligations... inbô!!
Enfin bref, je vous dis donc à dans 15 jours, profitez bien de vos vacances pour ceux qui sont en plein dedans.

Lecteur, te voilà prévenu!

"Bison Futé a dit noir... tu vas voir ce que j'en fais moi du bison..."