samedi 15 novembre 2008

This is MOEEEEEE!!







Hmm? Quoi?

... des mots? Ah ouais... pourquoi pas...


Devant le manque flagrant d'inspiration que je pourrais être susceptible d'avoir ces derniers temps, il est de mon devoir de prendre des mesure un peu draconiennes...

Nous allons donc ici aborder un sujet qui a un jour pénétré notre petite âme d'otaque de toute l'incommensurable fantasmagorie contenue dans cette notion, ce concept relevant chaque jour le lourd défi d'extérioriser notre suprême intériorité par le biais de l'objectivité et de l'être-différencié.
Ce concept, cette notion -que dis-je- cette PASSION c'est...


LE MOE!!

(Et pour de plus amples explications sur tous ces mots compliqués et pas forcément utiles employés plus hauts, allez faire un tour par ici, vous comprendrez votre douleur.)


Mais What the Fuck is MOE?

Wikipédia nous dit : Moe (萌え, parfois noté moé pour indiquer l'accent de hauteur) est un néologisme japonais qui se rapporte au sentiment ou à l'affection fétichiste et à l'attraction sexuelle pour un personnage (souvent féminin, mais pas forcément) d'un anime, d'un manga ou encore d'un jeu vidéo, que ce soit pour un personnage particulier ou un type précis (comme les filles qui portent des lunettes).

Sauf que comme chacun le sait : Wikipédia, c'est pas ce qu'il y a de plus fiable, surtout pour ces choses là (Et puis sans déconner : le MOE, it's serious business!), en complément, j'ai la délicatesse et l'immense générosité de vous ajouter un point de vue autrement plus éclairé sur la question, et en bonus track : le listing officiel non exhaustif de Mister Axel Terizaki.




M
ais repartons aux sources (Disais Keitaro).

La légende veut que le MOE soit né lors de la sortie du film de Hayao Miyazaki : Le Château de Cagliostro, lorsque Clarisse fut la première héroïne à être réutilisée dans les doujinshi, pratique qui s'est bien entendu très largement développée par la suite... comme vous devez sans doute le savoir... n'est-ce pas?

A ce sujet, le maître Miyazaki s'est d'ailleurs exprimé sur le sujet, faisant part de son profond désaccord envers un concept qui n'hésite pas à mettre en valeur différents types de "petits plus" portés par des personnages féminins (Puisque pour rappel, le maître est un féministe engagé... comme quoi on peut avoir du génie et passer à côté de certaines choses de la vie, hem...)




Ce n'est un secret pour personne, le MOE déchaîne les passions. Ce fait est notamment démontré par le succès fulgurant de cet anime que l'on ne nomme plus (Mais que je vais quand même nommer parce que sinon vous n'allez plus rien comprendre.) : La mélancolie de Suzumiya Haruhi, dont un des protagonistes principaux est tout simplement défini comme l'incarnation vivante du MOE (Comme en attestent les 2000 résultats sur Danbooru), indispensable au succès d'un bon anime.
La preuve ici en image avec le combo destructeur loli-gros seins-rouquine-bunny girl.
Il serait en effet amusant de se demander ce qu'aurait été la série sans Asahina Mikuru... et sans une innocente victime à déshabiller et à cosplayer sans pitié, poussant de petits cris dont le kawaiisme atteint le summum du MOE. Il faut bien le dire, les conventions de japanime seraient bien tristes sans une Mikuru...




(Mikuru asahina, ambassadrice du MOE en France)



Mais cela n'est qu'un centimètre dans le tour de poitrine de Kotonoha, l'emprise du MOE sur les esprits otaques du monde entier est bien plus large que l'on pourrait le croire (Si si, encore plus large que les seins de kotonoha, ça existe...). L'exemple le plus voyant de ce côté du globe serait sans conteste le Saimoe tournament : un grand concours du net ayant pour but d'élire le personnage le plus MOE de l'année. La grande gagnante de l'édition 2008 a d'ailleurs été récemment élue avec l'appuie du tout-puissant lobby Kyo-Animien : Kagami Hiiragi (from Lucky Star).


Comme on en a jamais assez, un autre exemple du MOE's power:
Sur 2ch, un concours proposait aux artistes (Ou en tout cas ceux qui avaient du temps à perdre) un petit challenge consistant à redessiner cette image de manière à ce qu'elle devienne MOE.

Jugez vous même :




Énumérer plus longtemps les innombrables preuves du MOE's power serait superflue, l'essentiel est dit. Néanmoins, c'est un fait immuable : un jour viendra où le MOE dominera le monde, si ce n'est pas déjà fait, il est donc d'ores et déjà nécessaire pour chacun d'entre vous de vous initier à tout ce qui est mignon, doux et kawai, afin de transmettre la bonne parole à votre entourage.

CAR C'EST CE QUE TOUS NOUS VOULONS!!



(Je la remet parce que bordel, elle est vraiment trop MOE, celle-là...)



1 commentaire:

ZI a dit…

Non, la jolie jeune fille au cheveu bleu comme la mer de mes rêves et au vallons ravissants rappelant ma Normandie natale n'est pas moe.Elle est belle ,oui incontestablement, comme un soleil au couchant ms pas moe.

Moe est sensé declancher une reflexe protecteur, on fond devant le moe comme un bonbon en sucre.La petite soeur de Kyon est la paroxysme absolu du moe.