lundi 5 janvier 2009

Macross Frontier, chronique d'une belle Decepticon.

Ma toute première confrontation avec la série Macross s'est faite sans même que je ne sois au courant. Effectivement, chaque fois que j'arpentais les rayons de mon Micromania à la recherche d'une bonne affaire PS2, je tombais constamment sur cette fameuse jaquette du jeu Robotech : Battlecry, dont apparemment personne ne voulait et que j'ai pourtant été tenté d'acheter à de nombreuses reprises (C'est sûr qu'après Zone of the Enders 2, on est susceptible de croire qu'il existe quelque part des jeux de shoot robotique presque aussi jouissifs... quelle naïveté...). Ce n'est que beaucoup, beaucoup plus tard que j'ai finalement fait le rapprochement entre Robotech et Macross.
Toujours est-il que les premiers avis collectés ci et là à propos de la série étaient sans appel et pouvaient se résumer ainsi : "Nettement mieux que Gundam".
Passé le choc d'apprendre que Gundam ait jamais eu un rival digne de ce nom (Et de fait que le titre fort contrariant de newbie me pendait dangereusement au-dessus de la tête), il me fallait faire un point. Je commençais tout juste à m'être forgé une connaissance acceptable de la mythologie Gundam (Avec dans l'ordre Gundam Wing, Seed, Seed Destiny (On ne rigole pas au fond!), The 08th MS Team, Zeta et quelques tomes de la série originale en manga...) que je considérais naïvement comme sans égal possible malgré les reproches évidents que l'on pourrait faire aux récentes séries... alors imaginer qu'il existait quelque chose de mieux, ça avait de quoi bousculer tous vos préavis... et cela demandait inévitablement confirmation.

(Attention, la suite de l'article sera ponctuée de comparaisons systématiques avec Gundam et de points de vue franchement subjectifs témoignant de mon indignation... car je suis indigné!)


Macross Frontier



Année de production : 2008
Studio : Satelight
Créateur : Shoji Kawamori
Réalisateur : Yasuhito Kikuchi
Scénariste : Hiroyuki Yoshino
Bande originale : Yoko Kanno
Ending Special Edition : Ai - Oboeteimasuka par Nakajima Megumi
Opening 1 : Triangular par Maaya Sakamato
Ending 1 : Aimo par Nakajima Megumi



Résumé :

Par le passé, l'humanité est rentré en guerre contre la race extraterrestre, Zentradi. Ce fut le premier contact avec une forme de vie extraterrestre et par conséquent la première guerre. La race humaine était au bord de l'extinction. Elle décida alors de se développer dans le cosmos, en partant à la recherche de nouveau monde. Nous somme en 2059, la 25ème flotte coloniale, Macross Frontier, se dirige au centre de la galaxie...





Ne tergiversons pas trois plombes, je n'ai pas aimé Macross Frontier. Pourtant, la série dispose d'atouts indéniables qui peuvent en faire un divertissement des plus plaisants... de là à dire "mieux" que Gundam...
En premier lieu, il convient d'aborder la question de l'animation, et comme on peut s'en rendre compte dès le premier épisode, ça poutre. C'est fluide, coloré et à noter surtout une 3D absolument mémorable, d'une qualité que même Gundam n'a à mon goût pas réussi à égaler (C'est dire...). Que ce soit pour les extraterrestres ou les mythiques Valkyries, la série exécute de ce côté là un sans faute... ou pas. Effectivement, la malédiction des trois épisodes n'épargnant personne, la qualité technique des épisodes de milieux de série démontrent quelques faiblesses, néanmoins rien de bien cataclysmique. Par rapport à la plus récente série Gundam, soit Gundam 00... il m'a semblé que Gundam restait un poil plus beau (Mais vraiment d'un chouïa).




Le seul véritable point sur lequel Macross reste absolument inattaquable, c'est sans conteste la musique. Que ce soit pour ses excellents opening et ending, pour ses insert songs qui poutrent ou plus globalement pour les concerts rythmant les combats spatiaux, les seyuus remplissent largement leur part du contrat, et plus encore. Cette marque de fabrique de la saga aura en tout cas réussi à me convaincre d'achever de regarder la série...
Même Gundam et ses divers opening/ending/insert songs ne parvient pas au plaisir auditif d'un Macross... c'est après que ça se corse...

Scénaristiquement, c'est là que ça coince... et même que ça coince sévère, genre doigt coincé dans une porte. Ce qui commence comme une histoire ambitieuse avec une invasion extraterrestre surprise sur fond de voyages interstellaires accompagné d'une romance intéressante se termine en pseudo-complot foireux relativement chiant accompagné d'un triangle amoureux qui stagne atrocement et dont une des participante est con comme une meule... c'est tranché, certes, mais grand dieu que ça fait du bien.
Mettant de côté le fait que je déteste les triangles amoureux qui stagnent, il apparaît que la série manque sensiblement d'ambition (Le format 24 épisodes jouant peut-être dans la question), survolant la psychologie du héros, oubliant complètement la psychologie de la green-haired, n'exploitant qu'à moitié (et encore) l'ensemble des possibilité offertes par le Macross Quarter, l'un des seuls personnages intéressant se retrouvant réduit au rang de retraité au bout de quelques épisodes...




Il ressort de tout ce mic-mac une véritable impression de hachage. Alors certes, Macross est moins WTF que Gundam (Quoi que, on aurait moyen d'en parler des WTF de Frontier...), certes, Macross est peut-être moins bourrin que Gundam (Et encore, y a des fois on se demande...), Macross fait peut-être moins "joujou" que Gundam (Bien que comparer un Gundam avec une Valkyrie manquerait cruellement de finesse... hey, c'est pas ce que je suis en train de faire?), mais Macross manque franchement d'approfondissement là où Gundam profite pleinement de ses 50 épisodes (Un peu trop parfois... mais je vous ferais pas l'affront de vous ressortir le dicton du trop et du pas assez).

Loin d'être dénué d'intérêt ou de qualités, Macross Frontier sensé fêter les 25 ans de la saga offre au novice que je suis l'image d'une bonne série, voir une très bonne série (Klan Klein!!). Néanmoins, il subsiste un arrière-goût de... "limité", avec une fin quelque peu frustrante sur plusieurs plans et le manque agaçant de charisme de la part des méchants de service, ce genre de petits détails qui comptent.
Loin de moi l'idée de nier les innombrables défauts de Gundam (Avec entre autres toutes ces ressuscitations en chaîne...), mais considérer Macross comme "nettement mieux" me paraît tout simplement exagéré (Surtout que le visionnage récent de Macross Zero n'a franchement rien arrangé...)


Aucun commentaire: