lundi 6 juillet 2009

I am back

Ça faisait déjà un petit moment que je prévoyais de remettre ce blog à flot après une longue période de léthargie, néanmoins les révisions imposées par 3 années de glandage acharné et les épreuves du bac m'ont forcé à repousser ce projet. Or, maintenant que les vacances me tendent les bras, j'ai tout le temps libre nécessaire pour reprendre les affaires, et quelle meilleure occasion que la fin de la Japan Expo pour cela?
Voici donc le récit passionné de trois jours passés au centre de la plus grande congrégation otake d'Europe... autant dire un beau bordel.



Vendredi.

Ma précédente et première JE ayant été une loose organisationnel, il s'agissait cette année de rectifier le tir. Notre groupe avait donc réservé le même hôtel que l'année passée (Nous évitant du coup de passer 2 heures à trouver le bon chemin) vers lequel nous nous dirigeâmes après avoir passé quelques minutes à guetter la sortie de la JE, histoire de voir si le cru cosplay 2009 allait être de bonne qualité. Même si je m'y attendais, trouver une petite dizaine de bons cosplay (Dont une Rikku en bonne et due forme) noyée au centre des Itachi, Luffy et autres Shinigami ne fut pas spécialement annonciateur de bonne nouvelles.

A la fois frustrés de ne pas avoir profité de la JE ce jour ci mais ragaillardis par le nombre raisonnable de mini-jupe qui venaient de nous passer devant, nous rejoignons l'hôtel pour une nuit calme bien qu'étouffante, passée à quatre dans une chambre de trois. Tiens, et sur la route je suis tombé sur deux marque-pages promotionnels du manga Bamboo Blade... je n'imaginais pas l'importance que cette trouvaille prendrait par la suite...



Samedi.

Les festivités commencent pour nous! Après une grosse demi-heure de queue facilement comblée par la DS et le fidèle PictoChat, nous pénètrons l'antre de la bête après avoir soigneusement détourné les yeux à la vue des immenses affiches Naruto couvrant les façades. Le chemin jusqu'à l'entrer fut d'ailleurs l'occasion de me rappeler que Doubt avait été licencié par Ki-oon, oh joie!
A l'intérieur, une fois habitué au tintamarre ambiant, direction le stand de la Brigade SOS avec pour objectif le fanzine de la brigade sur lequel j'ai bossé en temps que dessinateur et rédacteur. On commence alors le premier tour d'ensemble du bazar, avec la scène cosplay pour le moment envahie par l'Akatsuki, l'allée des jeux et des sports près duquel je sais que je ne viendrais pas souvent, le coin revendeur et HK, le grand coin fanzine, les stands de fringues, et tout un tas de trucs variés dont le stand de Cofesta (Si je ne me goure pas, j'ai un sens de l'orientation un peu aléatoire des fois) sur lequel j'ai pu tester avec émotion Kingdom Hearts 358/2 tandis que mon collègue Groumf (Un nekomimi constituant l'élément moe du groupe) s'essayait avec bonheur à Idolmaster avec plus ou moins de réussite. Au vue de la foule habituelle du samedi, les allées et venues au travers des stands furent un peu laborieuses mais qu'à cela ne tienne, il en fallait plus pour nous décourager. Nous avons donc enchaîné un concours de cosplay féminin (Enfin, ça dépendait des fois), avec des épreuves alliant le débile au honteux avec la pose kawaï, le discours maléfique ou la "danse biiatch" pour narutardés en chaleur. Un vrai bonheur quoi, d'autant que c'est ma favorite qui a gagné (par contre j'ai aucune idée d'où elle a tiré son déguisement). Là-dessus, on poursuit avec un tour du côté du WCS, et inutile de dire que la transition avec la petite scène cosplay fut un coup de matraque dans ma gueule. Une salle immense, facilement un ou deux milliers de spectateurs, autre chose que le troisième opening de Naruto en fond sonore et une vraie scène avec spot et tout le bordel technique. Inutile de dire que ça en jette sévèrement.

En parlant de cosplay, si les narutards se sont encore octroyés la part du lion, j'eus la bonne surprise de voir quelques déguisements plus originaux provenant de séries moins populaire de notre côté du monde : une ou deux Rena, deux C.C., un Zero pas trop mal foutu, quelques Hatsune Miku, Reimu, une fillette Pedobear... si si, une fillette Pedobear trainée par son père qui arborait la tête de quelqu'un qui a réussi son coup. Ah, et bien entendu, j'ai pu apercevoir Shuxx de la Brigade SOS déguisée en Yui de K-on.

Un petit détour par le stand SOS pour dire bonjour au patriarche, assister aux répétions de Hare Hare Yukai, prendre un badge au passage et on repart vers de nouvelles aventures.
Décidant d'aller voir ce qui se trame du côté jeux vidéo et tout en esquivant les free-huggers voraces et pleins de poux, nous atterrissant sans trop savoir comment à la fin de la conférence "Adaptation du manga à l'anime", avec Square-Enix et le big-boss du studio Bones. Tout aussi à l'improviste, le brave homme commence une séance de dédicace tandis que le staff de la JE distribue des posters FMA : Brotherhood à la dizaine de personnes encore présente. Pour quelqu'un qui a apprécié les adaptation de FMA et Eureka Seven, ça ne se refuse pas. Nous repartons donc tout sourire, moi parce que j'ai ma dédicace et Groumf parce qu'il a en plus eu droit à un compliment sur ses oreilles de chat par le patron de Bones. Ce fut l'instant Epic Win de la journée.

Et puisque qu'on parle du loot, celui de Samedi, le poster signé mis à part, ne casse pas trois pattes à un canard mais reste satisfaisant : le tome 1 de Bamboo Blade, le tome rituel de Übel Blatt, ma mise à jour niveau Love & Collage, le fanzine de la Brigadse SOS... ah si! Pendant que je cherchais ardemment le tome 1 de Highschool of the Dead au milieu des étalages Glénat (Puisque j'avais honteusement oublié que c'est Pika qui avait raflé la licence (A mon grand désespoir par ailleurs)), j'ai eu le plaisir orgasmique d'y trouver le tome 1 de la réédition de Naru Taru, que je me suis empressé de rafler. De toute façon, j'avais fait quelques repérages chez les revendeurs pour les plus gros achats, les choses sérieuses allaient donc se jouer le lendemain.

Retour à l'hôtel, le groupe se scinde en deux : les partisans des chips-saucisson, et les affamés résignés à débourser leur précieux pognon dans un repas un peu plus fourni... direction donc le Courtepaille à côté de l'hôtel (Et je peux vous dire qu'à 3€ la bouteille de flotte, vous prenez le temps de sentir l'eau couler)



Dimanche.

Si la journée d'hier fut un peu en demie-teinte, le dimanche se devait de rattraper le coup. Après une queue nettement moins longue (Même pas besoin de sortir le PictoChat), un passage par le SEGA Museum et vu que l'après-midi sera pas mal encombré par les concerts que nous avons décidé de voir, le groupe s'en va traquer le loot. Entres autres choses : le tant recherché tome 1 de HotD, celui du manga Haruhi (à ce sujet, ayant pu jeter un coup d'œil au tome 1, j'ai vraiment eu l'impression de suivre une histoire différente de l'anime et de ce que j'ai pu lire du roman, avec entre autre une Yuki complètement en décalage avec le personnage d'origine. C'est sans doute pour ça que je ne l'ai finalement pas acheté) et la collection complète des marque-page. Oui, ces marques-page Bamboo Blade suscités comprenant 5 versions avec une héroïne différente sur chacune d'elles. Car si j'avais moi-même fini par obtenir la collection complète la veille, mes compagnons de voyages s'étaient mis en tête de faire de même allant jusqu'à faire plusieurs fois le déplacement jusqu'au stand Ki-oon pour toper la ou les pièces manquantes. A noter qu'il a tout de même fallu attendre dimanche pour que je pige enfin que Doubt ne sortirait que d'ici fin août, youpi...

De notre côté, moi et Groumf arpentions le coin fanzine jusqu'au stand de Kawa-Soft, près duquel j'ai passé un sympathique moment à discuter avec un responsable (C'est la première fois que je discute tsundere, "uguu" et loli avec un type barbu de plus de 20 ans, je peux vous dire que ça déstabilise un peu au début). Là, nous apprenons que le kinetic-novel (Un visual-novel sans choix possibles) Narcissu est bel et bien achevé de traduire en français et téléchargeable gratuitement sur leur site (téléchargement que je me suis d'ailleurs empressé d'effectuer dès mon retour chez moi), où j'ai d'ailleurs appris qu'un nouveau projet était en cours. Toute mes félicitations donc à ce groupe de passionnés qui nous font là un bien beau cadeau.

L'après-midi se plaça comme prévu sous le signe de la musique, c'est du moins dans cet esprit que je me dirigeais le pas léger vers le concert de Suns Owl, sans savoir exactement à quoi m'attendre. J'appris quelques minutes avant le début qu'il s'agissait de Heavy Metal, genre que je n'apprécie pas vraiment, mais comme je n'avais pas spécialement l'intention de mourir idiot, je décidais de rester. Verdict? Je n'aime pas plus le metal, mais j'ai vu des gens secouer la tête dans tous les sens, d'autres portés par un public en délire et le chanteur dire quelques phrases en français. Sympa. Enchaînement avec le concert de Aoi, j'ai mieux aimé mais ce que je retiendrais surtout, c'est que je veux son manteau.

Pause avant le concert attendu de Kanon wakeshima, durant laquelle ne groupe s'éparpille pour dénicher ses derniers loots. Mes recherches acharnées du côté fanzine et artistes ne me permettant pas de trouver quoi que ce soit de vraiment satisfaisant pour retapisser ma chambre (le seul poster intéressant à mes yeux n'étant pas à vendre), je décidais de me rabattre du côté revendeur, la carte boostée du raton bien en main sur mon portable pour esquiver le HK, ce que je crois avoir pas trop mal réussi. Raton que j'ai d'ailleurs aperçu en pleine action près du stand de Cospa (enfin y me semble que c'était là) en train de parler de je ne sais quoi avec une Yoko.

Malgré ma détermination, je n'ai réussi à mettre la main sur le moindre goodie estampillé Touhou, ce qui fut une grande déception, je ne le cache pas (surtout quand des gens avec un sourire insolent vous passe devant avec une peluche de Yukkuri sous le bras, arf). Un tour du côté DVD me permet d'acquérir l'intégrale de Gunbuster 2 pour 5€, depuis le temps que je voulais voir la série, j'ai maintenant une bonne excuse pour commencer. Néanmoins, je restais partiellement insatisfait de ma tournée, mon sac à dos me paraissant toujours désespérément trop léger et mes recherches de goodies estampillés Rei Ayanami et Higurashi faisant choux blanc. J'étais bien tenté de me procurer les figurines des jumelles de Futakoi Alternative (nourrissant à l'égard de cette série un coup de cœur qui reste à ce jour intact) mais il me fallait bien avouer que ces figurines ne m'ont jamais parus de toute première beauté, d'où mon hésitation. J'ai finalement trouvé mon bonheur grâce à cette passion des jumelles, qui m'a fait opter pour la figurine de Shion Sonozaki en uniforme de serveuse du "Angel Mort", avec en prime la coupe de cheveux interchangeable pour mettre Mion à la place (C'est du moins comme cela que je la préfère). Enfin satisfait de mon loot, et résistant à la tentation d'aller fouiller dans les doujins H pour préserver mon innocence de mineur (et ma dignité par la même occasion), j'ai tout juste le temps d'arriver à la JE Live House pour le concert de Kanon Wakeshima, qui restera sans doute un de mes meilleurs souvenirs (Sans rire, un tel déploiement de Moe en une si petite demie-heure ça fait des frissons, avec la robe rouge en prime).

Un ultime tour de rayon (JE VEUX MON PUTAIN DE GOODIE TOUHOU!!) ne me permet pas d'arriver à mes fins (Par contre, c'est normal qu'un stand HK oblige ses vendeuses à servir les clients en haut de bikini ou je suis juste trop impressionnable?), mais m'offre une bref rencontre avec QCTX (j'en profite pour saluer le boulot de l'ensemble de la Brigade SOS présente à la JE, qui a su monter son affaire jusqu'à un point assez incroyable). Le temps d'échanger 3 mots et c'est déjà la fin de la convention pour moi. Il faut encore passer le fail des mauvais tickets de RER achetés deux jours avant et nous nous dirigeons enfin vers la gare, avec le Macdo dans le collimateur, avant d'entamer le retour vers ma Normandie natale (un coin pas si paumé que ça puisque j'ai croisé une Haruhi encore toute habillée dans le train de retour, et ça ça fait plaisir)



La conclusion de cette Japan Expo est que comparé à tout ce que j'ai pu faire cette année, j'ai vraiment l'impression de n'avoir rien glandé l'année précédente... c'est pt'être pas si faux que ça d'ailleurs. M'enfin, loot sympa, un ou deux Epic Win, ... à part un karaoké franchement décevant (putain mais ils vont sur coucoucircus les mecs?!) mon seul regret aura peut-être été de ne pas voir prit le temps de côtoyer un peu plus les gens de la SOS-Dan, mais ce n'est que partie remise.

Ah, et la prochaine fois faudra pas que j'oublie ma caméra chez moi avant de partir, ça me permettra d'égayer un peu ce genre d'article...




---------------------------------------------------




Maintenant, quelques indications pour la suite des opérations. Je compte reprendre sous peu ma fanfiction sur Haruhi (dont le prologue a trouvé sa place au sein des pages du fanzine susnommé), bien que j'attende un peu de voir la progression de la saison 2 en cours de diffusion pour aviser. Pour le blog en lui-même, ça devrait revenir à un rythme de parution nettement plus régulier, et avec les diffusions de cet été, c'est pas le taff qui va manquer.


Les affaires reprennent, les enfants!

3 commentaires:

Mereck a dit…

"à discuter avec un responsable (C'est la première fois que je discute tsundere, "uguu" et loli avec un type barbu de plus de 20 ans, je peux vous dire que ça déstabilise un peu au début)"

Commentaire hyper constructif :
C'était qui le barbu de plus de 20 ans ? Parce que bon j'étais rasé et je n'ai que 20 ans (et je t'emmerde cordialement :p)

Sinon je réclame les photos de la loli en PB, parce que je sais que tu n'as pas pu ne pas en prendre...

Grimm a dit…

Je suis pas physionomiste pour deux sous mais quand même, j'étais persuadé d'avoir vu un début de barbe. Et puis mon p'tit vieux, je te répète que je ne suis pas lolicon (C'est marrant j'ai souvent dis ça cette année...), et de toute façon, j'avais rien pour prendre des photos, alors pour le coup tu peux te gratter.

Thunderstorm a dit…

Alors la que si, tu es branché loli, tu n'a toujours pas réussi à l'avouer, c'est tout...

la description de groumf est par contre mythique, est pas complètement fausse...
Je souhaite également représenter la congrégation chips-saucisson, et vous annonce une fois de plus monsieur, que ce resto était une folie, et que nous vous emmerdons, poliment, certes, mais royalement.
Enfin, j'admets ta victoire sur les marques pages, ils me manque finalement cette *** de coodéré, faute à ki-oon qui a tout donné les premiers jours...

bon ba sur ce, je n'ai plus qu'a déterrer également mon blog pour y donner moi aussi mes impressions